Sciences Po, en vert et pour l’avenir !

Ce texte a été rédigé pour la newsletter du Réseau Étudiant Français pour le Développement Durable (REFEDD), à l’occasion de la Semaine Étudiante Du Développement Durable. Le dernier paragraphe a été modifié par rapport à la version originale pour adresser le texte aux étudiant-e-s de Sciences Po Saint-Germain en le publiant dans Le Grand Pari.

.

A Saint-Germain-en-Laye, le dimanche 5 avril 2020,

Cher-ère-s étudiant-e-s,

A l’occasion de la Semaine Étudiante Du Développement Durable (SE3D), Solidarités, association écologiste et solidaire de Sciences Po Saint-Germain, dévoile les grandes lignes du rapport Un Institut d’études politiques dirigé vers l’avenir, qu’elle a contribué à rédiger. Elle l’a élaboré en étroite collaboration avec le Comité d’Action pour le Système-Terre (CAST), collectif issu des mobilisations pour le climat et la biodiversité de 2019 à Sciences Po Saint-Germain. Ce rapport comporte 30 propositions pour que Sciences Po Saint-Germain réalise sa planification écologique.

Il s’inscrit dans un contexte légal, celui de l’article 55 de la Loi Grenelle I qui oblige l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur à établir un « Plan vert ». Alors que cette loi date de 2009, aujourd’hui, on compte seulement sur les doigts de deux mains les écoles et les universités qui ont mis en œuvre leur transition écologique et sociale.

Néanmoins, on peut les comprendre. La loi est imprécise et aucun règlement n’est venu la compléter. Pas même une circulaire. Il n’existe d’ailleurs aujourd’hui que deux documents officiels permettant d’y voir plus clair : le Référentiel de Plan Vert et le Canevas de Plan Vert du Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) ; mais ils n’ont aucune valeur normative ! 

Nous avons tout de même décidé de prendre les devants en élaborant ces propositions. Alerté-e-s par les publications scientifiques sur l’état global de la biosphère, effrayé-e-s par les catastrophes à venir, révolté-e-s par l’inaction des décideur-euse-s, indigné-e-s par le sort des délaissé-e-s, mais inspiré-e-s par toutes les solutions possibles, nous avons choisi de miser sur l’implication directe et la force du collectif. Nous, étudiant-e-s et jeunes travailleur-euse-s, avons décidé de nous impliquer sans attendre : pour que la résilience écologique et sociale soit désormais la valeur cardinale de notre établissement. Et nous savons que cela vous tient à cœur.

Avec la publication du Manifeste étudiant pour un réveil écologique en 2018, avec les mobilisations de la jeunesse pour le climat et la biodiversité en 2019 et avec les rapports des associations Les Universitaires Planteurs d’Alternative et Sciences Po Environnement, notamment, nos convictions n’ont eu de cesse de s’enraciner. Nous avons pris conscience de la nécessité qui s’avance. Nous avons pris conscience de la responsabilité qu’auront les cadres de demain, car ils auront le pouvoir – et l’obligation – de garantir la pérennité de notre espèce. Nous avons pris conscience de la lourde tâche qui incombe à la société toute entière ; et, surtout, des profonds changements que devront opérer ceux qui détruisent le vivant. Par conséquent, il est crucial qu’une école qui aspire à former des décideur-euse-s leur apprenne les bases de ce qui assurera la survie de l’Humanité : que la biosphère a des limites que l’économie ne peut dépasser sans causer de catastrophes, que chacun-e doit avoir les moyens de vivre pleinement et dignement, et que tou-te-s doivent pouvoir décider de leur existence librement ; le tout, en harmonie entre nous et avec le reste du vivant.

Après vous avoir laissé une semaine pour faire vos propositions concernant le rapport, nous avons opéré les changements que vous nous aviez soumis ; il en ressort un rapport actualisé, amélioré par vos remarques. La suite du processus est de le soumettre à votre suffrage. Car sans votre avis notre légitimité serait fragilisée ; et si vous veniez à approuver notre rapport, nous n’en serions que plus fort-e-s devant l’administration pour porter ces propositions. Nous mettrons donc en ligne, le lundi 6 avril au soir, un formulaire vous permettant (anonymement) de vous prononcer sur le rapport (qui sera accessible en .pdf via ladite publication). Vous aurez le choix entre 3 votes : « oui », « non » et « blanc ». Vous aurez jusqu’au jeudi 9 avril pour voter.  Nous remettrons ce rapport à la directrice de l’Institut d’études politiques de Saint-Germain-en-Laye, Madame Céline Braconnier, le vendredi 10 avril, par courrier électronique.

En espérant que fleurissent à l’avenir ces initiatives,

Marius Matty, coordinateur du rapport.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s